Accueil > Le réseau CertyPro > Votre projet de rénovation > Chauffage > Les EnR (énergies renouvelables)
Image - chauffage

 

Ce sont des énergies inépuisables. Fournies par le soleil, le vent, la chaleur de la Terre, les chutes d’eau, les marées ou encore la croissance des végétaux, leur exploitation n’engendre pas ou peu de déchets et d’émissions polluantes. Ce sont les énergies de l’avenir. Aujourd’hui, elles sont sous-exploitées par rapport à leur potentiel.

Ainsi, les énergies renouvelables couvrent seulement 20 % de la consommation mondiale d’électricité.

 

Le bois comme énergie

 

Les chaudières manuelles

 

Les chaudières manuelles à bûches

Avec un bois de bonne qualité et les appareils haut rendement que l’on trouve aujourd’hui, les chaudières manuelles à bûchesoffrent une combustion plus lente et plus efficace que les chaudières à bois traditionnelles. Elles distribuent la chaleur parl’intermédiaire du circuit de chauffage central et du ballon d’eau chaude sanitaire.

Elles peuvent être à combustion verticale (rendement d’environ 50%), horizontale (rendement d’environ 60%) ou inversée (rendementd’environ 65%). Elles se caractérisent par leur tirage qui peut être naturel (soit 80% du marché) ou bien « forcé » à l’aide d’uneventilation de type turbo. Ces dernières sont plus récentes : elles sont équipées d’une turbine qui introduit l’air de combustionou d’un extracteur qui aspire les fumées. Cette technique permet de consommer moins de bois et améliore considérablement lerendement des chaudières bois, qui peut alors atteindre les 85%.

 

Installation d’une chaudière manuelle

Emplacement : les chaufferies bois sont plus encombrantes que les autres chaudières, le local chaufferie doit donc êtresuffisamment grand pour accueillir tous ses éléments (silo…). De plus, la pièce doit être ventilée et construite en matériauxcoupe-feu. Pour améliorer votre confort d’usage, pensez à installer votre lieu de stockage de bois à proximité du local dechaufferie.

 

La combustion de bois de mauvaise qualité libère de nombreux polluants. C’est le cas des bois « souillés » issus de récupération(chantiers de démolition, vieux meubles, bois échoués en bord de mer, etc.) qui contiennent des produits toxiques et/ou corrosifs : produits de traitements, vernis, peinture…

 

La combustion de bois humide est déconseillée pour diverses raisons :

  • Environnementales : la combustion d’un bois « vert » libère beaucoup de substances polluantes
  • Economiques : un bois humide fournit environ deux fois moins d’énergie qu’un bois séché
  • Pratiques : les appareils performants n’atteindront pas leur puissance nominale avec du bois frais. Le matériel s’encrassera plus vite et risque de se détériorer.

 

Les chaudières automatiques

 

Les chaudières à alimentation automatique, à plaquettes ou granulés

Grâce à ces chaudières, vous pouvez profiter d’un chauffage complètement automatisé fonctionnant avec des plaquettes ou des granulés. Les plaquettes sont obtenues à partir du déchiquetage d’arbres, de branches, de tous produits de l’industrie du bois… Elles se présentent sous la forme de rectangle plus ou moins régulier, dont les dimensions sont d’environ 3cm x 1cm x 0,5cm. Le prix de ce combustible est légèrement inférieur au prix des bûches. Les granulés (appelés également pellets) sont obtenus après compression et agglomération de sciure de bois. Ils se présentent sous la forme de petits cylindres d’environ 5 millimètres de diamètre et 6 à 8 millimètres de longueur.

 

Installation d’une chaudière automatique

Les règles d’installation en matière de conception hydraulique, de conception et de dimensionnement du conduit de fumée ainsi que l’entretien des chaudières automatiques sont identiques à celles des chaudières manuelles à bûches.

 

Règles particulières pour le silo de stockage : le silo doit se trouver au plus près de la chaufferie, mais ne doit pas être mis en place sous des fenêtres, afin d’éviter les envolées de poussières. L’implantation du silo doit être vérifiée avec le fournisseur.

 

Les solutions d’appoint

 

Pour compléter votre source principale de chauffage ou chauffer votre résidence secondaire, certaines solutions d’appoint existent.
Pour votre chauffage au bois, vous pouvez faire installer un insert, un foyer fermé ou un poêle par un professionnel. Ces appareils s’utilisent de manière similaire. Leurs différences proviennent essentiellement de leur esthétique, de leurs performances et du mode d’installation.

L’achat d’un appareil moderne et performant vous permet d’être mieux chauffé, de recharger le foyer moins souvent et de moinspolluer.

 

Le rendement des poêles et cheminées

  Appareils de conception ancienne Appareils de conception moderne  
  Rendement Rendement Autonomie
Cheminée à foyer ouvert Cheminée à foyer ouvert
moins de 10%
Cheminée à foyer ouvert
moins de 10%
Quelques heures
Insert,foyer fermé Insert, foyer fermé
de 30% à 50%
Insert, foyer fermé
de 70% à 85%
10 heures
et plus
Poêle à bûches
acier/fonte
Poêle à bûches acier/fonte
de 40% à 50%
Poêle à bûches acier/fonte
de 70% à 85%
De 5 à 10
heures
Poêle à bûches
fonte/réfractaire
Poêle à bûches fonte/réfractaire
de 40% à 50%
Poêle à bûches fonte/réfractaire
de 70% à 85%
De 6 à 12
heures
Données théoriques. Source : ADEME

Haut de page

Le solaire thermique

 

Le solaire thermique correspond à la conversion du rayonnement solaire en énergie calorifique. Au départ, le solaire était dédié à la production d’eau chaude sanitaire mais il est dorénavant de plus en plus présent en chauffage lorsque associé à d’autres énergies.

De la même manière qu’une chaudière conventionnelle s’occupe de chauffer aussi bien l’eau des robinets que l’eau des radiateurs, les capteurs solaires peuvent également prendre en charge une partie significative du chauffage de votre habitation. L’énergie solaire, source d’énergie gratuite, inépuisable et non polluante, peut en effet couvrir de 25 à 60% des besoins annuels de chauffage des bâtiments, selon la région et la taille de l’installation.

 

Les systèmes solaires combinés permettent la production conjuguée de chauffage et d’eau sanitaire. Ils doivent impérativement permettre de se soustraire, au maximum, à l’intermittence et aux aléas de l’ensoleillement. Surtout dans la mesure où les besoins de chauffage les plus importants correspondent fréquemment aux moments où le soleil s’absente. Pour pallier au manque de soleil, la solution à envisager est le stockage temporaire de la chaleur, de manière à valoriser au mieux les apports solaires, pour qu’ils priment sur les apports d’appoint.

Ce système allie confort, fiabilité et longévité, grâce à des matériaux performants, certifiés CSTBat et Keymark Solaire et à des professionnels compétents, qualifiés.

Haut de page